Les fortifications

Découvrez l’histoire des fortifications de Vouvant : le château fort et l’enceinte fortifiée de ville.

© Crédit photo : Ludovic Géron

LE CHÂTEAU FORT

La tour Mélusine est le donjon de l’ancien château fort de Vouvant bâti par la famille de Lusignan à l’emplacement de l’actuelle place du Bail.

Datée du premier quart du XIIIe siècle, voire de la toute fin du XIIe siècle, la tour Mélusine est construite au nord-ouest du château fort afin d’en renforcer la défense et d’exposer la puissance de son seigneur. C’est au XIIIe ou XIVe siècle, que le château est probablement élargi à l’ensemble de l’actuelle place du Bail. Celui-ci est alors séparé de la ville fortifiée par des fossés secs (douves dépourvues d’eau) aujourd’hui disparus. Progressivement abandonné, le château de Vouvant est démantelé au cours du XVIIIe siècle. Les derniers vestiges disparaissent au début du XIXe siècle lorsque l’ancienne cour du château est nivelée et utilisée comme champ de foire. De nos jours, seules subsistent la tour Mélusine, la partie inférieure de la tour des Gardes (située au nord-est de la place du Bail) ainsi que les bases arasées de murailles et tours.

Inscrite au titre des monuments historiques depuis 1927, la tour Mélusine est un donjon (ou tour maîtresse) circulaire s’élevant à 45 mètres de hauteur du fossé sec. La base carrée, visible depuis la place du Bail, indique la hauteur originelle de la courtine (muraille reliant deux tours). Cet ancien donjon se compose de plusieurs niveaux, dont deux salles voûtées en coupole. Au sommet, la plateforme sommitale offre un panorama à 360° sur la ville fortifiée et la forêt de Mervent-Vouvant.

Comme pour l’ensemble des forteresses détenues par la famille de Lusignan, la légende raconte que le château de Vouvant aurait été construit en une nuit par la fée Mélusine…

Louez les clés de la tour Mélusine et découvrez :

  • la première salle voûtée en coupole avec sa cheminée et ses anciens accès au chemin de ronde,
  • la seconde salle voûtée en coupole avec ses latrines et sa cheminée
  • et la plateforme sommitale aménagée au sommet de la tour.

 


Auteur du texte : Ludovic GÉRON
Plus d’informations et contact : www.histoire-vouvant.com

© Crédit photo : Ludovic Géron

L’ENCEINTE FORTIFIÉE DE VILLE

Avant le premier quart du XIIIe siècle, les seigneurs de Vouvant renforcent la sécurité de la ville en édifiant une enceinte fortifiée. Construite en même temps que le château fort qui protège le bourg au nord, cette enceinte dote alors Vouvant d’un puissant système défensif.

D’une longueur d’environ 2 kilomètres, les fortifications s’élèvent autour de la cité afin d’en protéger le cœur, et notamment le prieuré Notre-Dame aujourd’hui disparu. Cette enceinte fortifiée de ville est édifiée par Geoffroy Ier de Lusignan et/ou son fils Geoffroy II de Lusignan, seigneurs de Vouvant aux XIIe et XIIIe siècles. Construits en schiste, la pierre locale, les remparts sont renforcés par plus d’une vingtaine de tours de défense. Avant la construction de fortifications par les Lusignan, il est possible que le bourg ait été entouré d’une enceinte de bois et de terre dès le XIe siècle.

Inscrites au titre des monuments historiques depuis 1984, les fortifications encore conservées actuellement sont datées du premier quart du XIIIe siècle, voire de la toute fin du XIIe siècle. Des remaniements et réparations ont lieu au cours des siècles suivants, comme ce fut le cas entre le milieu du XIIIe siècle et le XVe siècle.

Au Moyen Âge, l’accès à l’intérieur de la ville de Vouvant est possible par trois portes de ville :

  • la porte Bouguerin, dont l’accès se faisait par un pont-levis, au nord (à l’emplacement de l’actuelle route RD31, probablement entre l’entrée de la propriété de la Recepte et la place du Bail). Cette porte est supprimée avant 1835 ;
  • la porte aux Moines à l’est, s’ouvrant sur la Grande Rue et dont l’accès était possible par le vieux pont. Inscrit au titre des monuments historiques depuis 1927, ce pont présente encore des parties anciennes datées des XIIIe-XVe siècles. Comme la porte Bouguerin, la porte aux Moines est détruite avant 1835 ;
  • et la porte de la Poterne à l’ouest. Cette dernière est la seule porte de ville encore conservée de nos jours.

Les éléments fortifiés les mieux conservés sont situés dans la propriété privée du château de la Recepte, au nord-est du bourg. Les fortifications ouest et sud, et notamment la porte de la Poterne, ont connu de grandes modifications par des réparations, voire des remontages récents effectués entre les XIXe et XXe siècles.

Découvrez l’enceinte fortifiée de Vouvant en empruntant les sentiers pédestres… Un passage par le bac à chaîne vous permettra de traverser la rivière Mère au nord-est du bourg. N’hésitez pas à faire un arrêt au jardin public (surplombant la porte de la Poterne) où une vue est imprenable sur la Mère et le paysage environnant.

 

Auteur du texte : Ludovic GÉRON
Plus d’informations et contact : www.histoire-vouvant.com

Menu