Le patrimoine naturel

Édifiée sur l’un des méandres de la rivière Mère, Vouvant est située à l’orée de la forêt de Mervent-Vouvant.

© Crédit photo : Ludovic Géron

Rivière Mère

Affluent de la rivière Vendée, la Mère cerne la ville fortifiée sur trois côtés. C’est l’une des raisons pour laquelle Guillaume le Grand, comte de Poitiers et duc d’Aquitaine, décide de construire un château et un ensemble monastique à cet emplacement stratégique au tout début du XIe siècle. En étant entouré par la rivière, ce méandre est ainsi très facilement défendable face aux potentiels ennemis. La proximité avec cette ressource en eau en fait également un lieu adapté pour l’implantation d’une ville.

Au XVIIIe siècle, une quarantaine de moulins à eau sont installés sur le cours de la rivière. À la fin des années 1970, les deux barrages de Pierre-Brune et de Vouvant sont construits afin de permettre un stockage de l’eau. Cela entraîne des modifications morphologiques de la rivière, avec la disparition de moulins à eau et de lieux-dits.

© Crédit photo : Ludovic Géron

Forêt de Mervent-Vouvant

La forêt de Mervent-Vouvant est la plus grande forêt du département de la Vendée. D’une superficie d’un peu plus de 5 500 hectares, cette zone forestière s’étend de Vouvant, au nord, jusqu’à Xanton-Chassenon, au sud.

Après avoir été la propriété des comtes de Poitiers-ducs d’Aquitaine puis des seigneurs successifs de Vouvant, l’actuelle forêt domaniale (2 530 hectares) revient au domaine royal en 1694 avant de devenir domaine national lors de la Révolution française.

En fonction du changement de propriétaire, le nom donné à l’ensemble forestier évolue. Ainsi, la « Forêt Royale de Vouvant » devient la « Forêt Impériale de Vouvant » avant de prendre l’appellation actuelle de « Massif forestier de Mervent-Vouvant » lors de la création de l’Office national des forêts en 1965.

 

Auteur du texte : Ludovic GÉRON
Plus d’informations et contact : www.histoire-vouvant.com

Menu